Le Magazine de la Mer

Mois : novembre 2020

Une différence entre un bimini et un taud de soleil?

Si vous êtes tombés sur cet article, c’est que vous possédez normalement un bateau et que vous vous êtes sûrement déjà demandé quelle était la différence entre ces deux termes phonétiquement très différent ? Et pourtant, la vérité est qu’un bimini est exactement la même chose qu’un taud de soleil, c’est-à-dire une structure composée de tubes en aluminium ou inox surmontés d’une toile, généralement en polyester.

A quoi cela servent-ils ?

Un bimini ou un taud de soleil a pour but de protéger une partie de votre bateau du soleil. En effet, naviguer en plein été lors de forte chaleur peut être dangereux si vous ne disposez pas de moyen de rester à l’ombre, car vous vous exposez naturellement à de méchants coups de soleil (les crèmes solaires ne font pas tout malheureusement), mais les conséquences peuvent être beaucoup plus extrêmes avec des malaises et des hydrocutions. Bref, il est vivement recommandé de s’équiper d’un taud de soleil pour passer un bon moment sur votre bateau par beau temps.

Attention ! ne laissez jamais votre bimini attaché si vous souhaitez naviguer à une vitesse rapide. Avec la prise au vent, il risquerait de s’endommager, voire de s’arracher de votre bateau. Les tauds de soleils sont conçus pour vous protéger du soleil lors du mouillage ou en navigation lente uniquement.

Les biminis se distinguent par le nombre d’arceaux dont ils sont composés. Il existe en effet des biminis 2 arceaux, 3 arceaux ou encore 4 arceaux. Le nombre d’arceaux et de la taille du taud dépend de la taille de votre bateau : plus le bateau est grand, plus le taud de soleil aura d’arceaux. Plus spécifiquement, c’est la largeur de votre embarcation qui définit le nombre d’arceaux du bimini.

Voici la règle à suivre :

  • Bimini 2 arceaux : bateaux de 130 à 150 cm de large
  • Bimini 3 arceaux : bateaux de 150 à 200 cm de large
  • Bimini 4 arceaux : bateaux de 200 à 240 cm de large

Pour installer un taud de soleil, il est primordial de mesurer au préalable votre embarcation et de choisir l’emplacement du taud.

Conseils pour une sortie en mer en toute sécurité

Même si votre bateau est équipé d’un taud de soleil, il reste important de faire attention au soleil et à la chaleur lors d’une sortie en mer, particulièrement en plein été. Il est indispensable de se mettre de la crème solaire et de se munir d’un T-shirt, d’une casquette et de lunettes de soleil pour vous protéger un maximum des rayons UV. La réverbération du soleil étant bien plus forte en mer que sur la terre ferme. Enfin, pensez surtout à vous hydrater afin d’éviter les malaises.

Description : femme bateau horizon

Combien coûte un bimini bateau ?

Le prix d’un bimini varie en fonction de sa taille, mais aussi de la marque ou encore des matériaux qui le composent. Vous trouverez de petits biminis à 2 arceaux pour moins de 100€, et des plus grands haut de gamme environ à 1000€.

Comment appliquer l’antifouling sur son bateau

Afin de conserver son bateau en bon état, il faut respecter certaines étapes d’entretien indispensables, tel que l’application de l’antifouling. En effet, celui-ci permet de préserver la coque contre la colonisation des bactériens et pour qu’elle soit efficace, il est indispensable de la renouveler tous les ans.

Qu’est-ce que l’antifouling ? 

L’antifouling est une peinture qu’on applique sur la carène d’un bateau (la partie basse de la coque), voire sur l’hélice, afin de la protéger.

Comment ça marche ? En libérant des toxines biocides, l’antifouling freine la prolifération de parasites sur la carène du bateau tels que les algues et les coquillages. En effet, ces parasites fixés sur la coque abîment le gelcoat à long terme. Ils peuvent aussi limiter la vitesse du bateau et donc provoquer une augmentation de la consommation de carburant.

La peinture antifouling a donc pour effet de protéger le gelcoat du bateau et d’améliorer ses performances. Elle est donc indispensable pour éviter l’usure prématurée du bateau.

Comment choisir le bon antifouling pour son bateau ? 

Il existe plusieurs types d’antifouling que voici :

  • antifouling autopolissant
  • antifouling à matrice dure
  • antifouling sans biocide

le choix doit se faire en prenant en compte quatre paramètres :

  • Le type de bateau : s’il s’agit par exemple d’un bateau rapide, ou d’un bateau lent
  • L’utilisation du bateau : s’il reste au port toute l’année ou s’il est mis en hivernage
  • La fréquence d’utilisation du bateau : occasionnelle ou fréquente
  • L’environnement dans lequel il évolue : eaux douce, eaux salée, eau froide, eau chaude, zones agressives, marées, courants…

Ces différents paramètres influent sur la longévité de la peinture antifouling. C’est pourquoi, il est difficile de définir à l’avance et avec précision un moment fixe pour refaire l’antifouling de son bateau. Il est vivement conseillé de vérifier son état au début de chaque saison de navigation afin de se donner un ordre d’idée.

Les étapes d’application d’antifouling 

Pour naviguer avec une carène propre, il faudrait caréner le plus tard possible avant de larguer les amarres

  • La préparation de la carène.

Il faut organiser le carénage en fonction du temps d’application et des délais recommandés pour la mise à l’eau (minimum et maximum après l’application de l’antifouling).
Sur une carène déjà peinte, il faut laver la coque dès sa sortie de l’eau avec un nettoyeur haute pression assisté au besoin d’un grattoir. Éliminez autant que possible les anciennes couches d’antifouling.
Sur une carène neuve, il faut dégraisser au détergent, dépolir avec un papier abrasif à l’eau et passer enfin un primaire d’accrochage compatible avec la peinture choisie.

  • Avant la peinture.

Il faut masquer la ligne de flottaison avec du scotch de masquage et

protéger toutes les parties qui ne devront pas être peintes (sondes, anodes…).

  • Application de la peinture.

L’application de l’antifouling se fait au rouleau et au pinceau mais on peut aussi utiliser un pistolet à peinture pour obtenir une surface plus lisse.
Appliquez au moins deux couches de façon délicate. L’épaisseur permet une meilleure protection.

Vous l’aurez compris, un bon antifouling est capital pour conserver son bateau en bon état, et garder ses passagers en toute sécurité.

Le gilet de sauvetage, l’accessoire indispensable en mer

Le gilet de sauvetage est un élément indispensable à votre sécurité à chaque sortie en bateau. En effet, le port d’un gilet de sauvetage augmente vos chances de survie en cas de chavirement du bateau.

En effet, selon les dernières études, on a constaté que 80% des accidents en mer concernaient des bateaux de plaisance et non des bateaux dits professionnels tels que les chalutiers, porte-containers, marine marchande… Autre information importante, le non port du gilet de sauvetage est l’une des premières causes de noyade sachant que l’espérance de vie après une chute à la mer est significative : 290 minutes avec un gilet, 90 minutes sans. A vous de choisir !

En Europe, tous les gilets de sauvetage doivent correspondre aux normes et posséder le label CE prévu par la réglementation. Depuis le 1er juin 2019, quelques modifications ont été apportées à la règlementation afin d’encourager le port du gilet.

Bien que le gilet ne soit pas obligatoire sur un bateau de type annexe qui navigue à moins de 300 mètres de son bateau d’origine. Il est fortement recommandé d’embarquer une aide à la flottabilité de 50N pour chaque personne présent sur l’annexe.

Aide à la flottabilité 50N

L’aide à la flottabilité 50 N est surtout dédié à un type de pratique spécifique et ressemble plus à une brassière.

Cette dernière est surtout adaptée pour un pratiquant qui navigue sous couvert d’un bateau accompagnant pour la sécurité (ski nautique, voile, wakeboard…). S’ils tombent, ils seront facilement récupérés par le bateau qui les accompagne.

Par ailleurs, les gilets 50 N ne possèdent pas de sifflets, ni de bandes réfléchissantes, ni de boucle de repêchage et surtout, ils n’assurent pas le retournement ni ne retient la tête hors de l’eau. De plus, leurs couleurs ne sont pas fixés par la règlementation.

Gilet de sauvetage 100N

Sachez que c’est à partir de 100 N de flottabilité qu’on peut employer le terme de « gilet de sauvetage », c’est le minimum pour assurer le retournement et le soutien de la tête. C’est également le minimum pour flotter sans savoir nager et où la notion de repérage est sérieusement prise en compte avec une couleur vive du gilet imposée, des bandes réfléchissantes et un sifflet, ce qui n’est pas le cas avec l’aide la flottabilité 50 N.

Gilets gonflables 150N

Les gilets gonflables ne sont disponibles qu’à partir de 150 N. Ces gilets sont hologués peu importe la distance et permet une meilleure sécurité que tous les autres modèles. En effet, ils contiennent tous les accessoires qui ont été cités ci-dessus en plus d’en avoir d’autres (lampes, capuches etc…)

La sécurité des enfants

Il faut équiper les enfants d’un gilet de sauvetage adapté à leur poids.

Avec la nouvelle division 240, pour un enfant au-delà de 30kg, qui ne sait pas forcément nager, il lui faudra porter un gilet adulte de 100 newton et ceci quelque soit la distance.

Nouveauté : les annexes gonflables Cape Horn

Le bateau gonflable est un accessoire indispensable pour les gros bateaux tels que les yachts lorsqu’on souhaite se rapprocher des côtes littorales avec prudence. Une nouvelle marque d’accastillage a fait son apparition et se nomme CAPE HORN. Cette nouvelle propose en plus des accessoires d’accastillage, une gamme spéciale d’annexes pneumatiques à prix très attractifs.

Une gamme qui propose une gamme de bateaux aux tons modernes et une construction de qualité avec un rapport qualité/prix accessible. L’ensemble des caractéristiques est détaillé ci-dessous :

  • Les annexes gonflables Cape Horn sont constituées entre deux et trois chambres à air indépendantes, tout dépend du modèle. Les boudins de l’annexe sont arrondies à l’arrière, ce qui permet de gagner de la place lors du stockage. En plus, ce détail permet aussi de soulever l’annexe pour le mettre en position verticale afin de pouvoir le rincer plus facilement après la mise à l’eau.

Les annexes possèdent également un plancher latté épais en toile PVC de 09 mm d’épaisseur et de trois couches en PVC et en tissu renforcé. Ceci le rend particulièrement résistant et robuste face aux frottements, à l’usure mais aussi aux rayons du soleil. Le PVC recouvre quasiment toute la partie de l’annexe qui est en contact avec l’eau.

  • Cape Horn se démarque des autres concurrents en proposant plusieurs poignées en PVC sur l’annexe afin d’en faciliter le transport et la mise à l’eau mais également pour bien se tenir lors des trajets plus mouvementés.
  • L’annexe possède aussi une plaque de fixation pour moteur sur le tableau arrière. Vous pouvez retrouver à l’extérieur de ce tableau deux anneaux en inox avec lesquels vous pourrez le remorquer. Vous retrouverez enfin un bouchon videur avec une valve anti retour.

Avant dernier point à ne pas oublier : un banc en bois facilement démontable est intégré dans l’annexe, Vous retrouverez aussi une bande de protection en plastique renforcé afin de protéger l’annexe.

Enfin, les annexes possède ce qu’on appelle un système de fixation pour les pagaies sur chaque côté ainsi que d’une dame de nage à l’arrière permettant ainsi de laisser la rame sur l’annexe quand celle-ci est debout pendant le rinçage.

Le pack comprend les éléments suivants :

  • Kit de réparation
  • Gonfleur à pied
  • Sac de transport
  • Banc en bois
  • Paire de rames

Cette nouvelle gamme d’annexe est déclinée en plusieurs coloris afin de répondre aux besoins esthétiques de chacun: du plus classique aux tons plus modernes.                                                                                                                                                                                                                     

Comment préparer son bateau avant chaque sortie ?

Avant chaque sortie en bateau pneumatique , il est vivement conseillé de procéder à quelques étapes de vérification pour être certain que tout soit en ordre, surtout si cela fait longtemps que vous n’avez pas sortie votre bateau.

Il existe deux types d’annexe :

  • L’annexe à moteur
  • L’annexe avec rames pour flotter et se déplacer

Peu importe le type d’annexe, c’est l’accessoire idéal à avoir pour réaliser plusieurs activités nautiques, que ce soit pour professionnel ou pour particulier :

  • Balade en mer avec ami/famille
  • Moyen de navigation pour aller pêcher, pour aller faire de la plongée, pour se déplacer entre bateaux…

Vu son caractère polyvalent, il est donc important de l’entretenir et de le préparer avant chaque saison.

Vérifier le gonflage

Qui dit annexe gonflable, dit pompe ou compresseur.

Les pompes sont souvent fournies dans le kit.

Il faut bien vérifier que l’embout de la pompe correspond bien à la valve

Vérifier l’équipement

Sont fournis dans le kit généralement un banc, un plancher, des rames, une corde de remorquage voire un moteur électrique.

Il est assez simple de les installer puisqu’il existe des encoches destinées aux différents accessoires du kit

Une fois gonflé et tout l’équipement installé, c’est parti pour une petite balade en mer.

Le dégonflage & le nettoyage

Une fois la petite balade terminée, il suffit de sortir l’annexe de l’eau pour ensuite le rincer à l’eau douce afin d’enlever les résidus laissés par la mer (sel, algues, caillou…). Ensuite, attendez qu’il sèche pour ensuite le dégonfler.

Une fois bien dégonflé, pensez à bien nettoyer votre annexe avec du savon doux par exemple ou avec d’autres produits non agressifs dédiés au nettoyage de bateaux gonflables.

Tout doit bien être nettoyé : des boudins jusqu’au plancher rigide… afin de prévenir les risques de moisissures. Profitez également de cette étape pour vérifier l’état de la valve, du plancher,  les éventuels décollements…

Enfin, prenez le temps de bien plier l’annexe délicatement pour qu’il puisse être rangé proprement dans son sac.

L’entretien & protection contre la poussière et le soleil

Afin de garder votre annexe le plus longtemps possible, il va falloir l’entretenir.

Pour cela, vous pouvez utiliser un nettoyant protecteur en frottant avec un tissu sec pour retrouver clarté et brillance sur votre annexe.

Il existe également de la cire spéciale entretien annexe pour prévenir de l’usure et des traces.

Il est vivement recommandé de protéger votre annexe des rayons UV avec une bâche.

Rangement

Même si vous avez bien rangé votre annexe dans son sac de transport et que vous l’avez disposé au fin fond de votre garage, il n’est pas sans risque que la poussière ait pu s’infiltrer.

Il est donc important de ne pas sous estimer l’étape du rangement qui est, sans doute, la plus importante quant à la longévité de votre annexe. Plus il sera disposé dans un endroit sec avec une température stable, plus il résistera au temps.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén